Jean-Marie Straub et Danièle Huillet

« Novembre 1954, arrivée à Paris avec le projet d’une film-biographie », écrit Jean-Marie Straub dans le CURRICULUM de 1966. Danièle Huillet, se souvenant de leur rencontre, disait dans un entretien radiophonique qu’elle l’avait vu assis dans le métro et qu’elle s’était dit qu’avec tout ce que celui-là voulait faire, ils ne seraient pas trop que d’être deux.

Chronik der Anna Magdalena Bach !

Ce projet, inaugural de leur histoire d’amour qui durera plus de 50 ans, et d’une œuvre cinématographique qui continue, gardait pour les Straub l’importance et la charge émotionnelle propre à ce qui est premier et pionnier. Depuis 1956 jusqu’au tournage, onze ans de lutte et d’attente, mais aussi la certitude de faire quelque chose qui n’avait jamais existé auparavant.

Johann Sebastian Bach, 1685 – 1750. L’idée novatrice c’est la musique comme matière esthétique et comme vraie protagoniste du film, d’où la nécessité de créer pour cela les conditions spatiales et artistiques les plus authentiques possibles. C’était le motif des voyages entrepris par les Straub dans les deux Allemagnes pour trouver les lieux de tournage, et l’objectif de leurs recherches dans les archives. Cette idée novatrice en cinéma était exactement la même que l’idée novatrice en musique, développée à la même époque par Gustav Leonhardt et Nikolaus Harnoncourt : jouer la musique sur les instruments pour lesquels elle a été écrite ; réduire les effectifs au nombre habituel de musiciens employés par Bach. A posteriori, il semble aller de soi que ces artistes, inconnus à l’époque, faisaient partie du projet straubien dès le début, tout comme August Wenzinger, leur précurseur et aîné de la « Schola Cantorum Basiliensis », dont l’histoire a moins retenu le nom. Et si onze ans ont passé entre les premières rencontres et le tournage, si les uns et les autres avaient entre temps continué leur chemin, tous, avec leurs ensembles et leurs élèves, étaient là pour le tournage en automne 1967.

Début 2013, à l’occasion des 45 ans de Chronik der Anna Magdalena Bach – et des 80 ans de Jean-Marie Straub ! – les EDITIONS MONTPARNASSE et les EDITIONS OMBRES/BELVA FILM ont co-édité le coffret LE BACHFILM qui témoigne, avec la première publication de toutes les versions originales du film et un grand nombre de documents (inédits pour la plupart), un tant soit peu de cette aventure humaine et artistique.

Parmi ce grand nombre de documents, il y en a qui sont uniquement en français dans le coffret. Vous trouverez ici leurs traductions allemande et anglaise.

Barbara Ulrich

(Les Editions Montparnasse ont publié les films historiques de Danièle Huillet et Jean-Marie Straub et les nouveaux films de Jean-Marie Straub, de 1962 – 2012, en sept volumes jusqu’à présent. Tous, ainsi que le coffret LE BACHFILM, sont disponibles sur :www.editionsmontparnasse.fr)

Traduction allemandTraduction Anglaise

bachfilm_dvd.png